« Je souhaitais, entre autre, pouvoir continuer à faire des vendanges manuelles à 100 % : la contribution de Vendanges Solidaires m’a permis de payer une partie de mes vendangeurs. »

Son histoire

Laurent s’est installé en 2011 dans la Loire, à Chouzé-sur-Loire. En 2012 et en 2013, il perd 50 % de la récolte à venir, suite au gel et au phénomène de coulure. La nuit du 27 au 28 avril 2016, c’est 90 % de ses vignes qui gèlent de nouveau.

Le projet

Laurent travaille en agriculture biologique, et applique aussi les principes de la biodynamie. Pour poursuivre ce travail respectueux des sols et du vivant, il tient à effectuer des vendanges manuelles, malgré leur coût élevé en main d’oeuvre : Vendanges Solidaires a décidé de financer une partie de cette charge financière.

Laurent Herlin